Blockswater, un fournisseur de liquidité algorithmique, a déposé un rapport d’abus de marché contre Jamie Dimon pour « répandre de fausses informations et trompeuses » concernant bitcoin.

L’entreprise a déposé le rapport auprès de l’Autorité suédoise de surveillance financière contre JP Morgan Chase et Dimon, chef de la direction de la société.

Blockswater a déclaré que Dimon avait violé l’article 12 du Règlement sur l’abus de marché de l’Union européenne (MAR) en déclarant que le bitcoin cryptocurrency était une «fraude».

Jamie Dimon, le PDG de JPMorgan Chase, a estimé mardi 12 septembre, que le bitcoin, monnaie virtuelle à l’évolution en montagnes russes, « va imploser » parce qu’elle est une « escroquerie« .

Cette monnaie cryptographique « ne va pas bien finir », a déclaré M. Dimon, lors d’une conférence sur la finance à New York. « C’est une escroquerie », a-t-il ajouté, ajoutant qu’un gouvernement peut décider d’y mettre fin car les autorités publiques aiment avoir la main sur les devises.

Dimon a mis en garde ses traders: s’ils passaient des ordres d’achat ou de vente sur le bitcoin: « Je les licencierais à la seconde »

La plainte déclare, que la déclaration de Dimon a eu un impact négatif sur « le prix et la réputation du cryptocurrency en génèral ». Il a également déclaré que Dimon «savait ou aurait dû savoir que l’information qu’il diffusait était fausse et trompeuse».

« Les assertions publiques de Jamie Dimon ont seulement eu une incidence sur la réputation de bitcoin, ont porté atteinte aux intérêts de certains de ses clients et de nombreuses entreprises qui travaillent dur pour créer un meilleur système financier », a déclaré Florian Schweitzer, associé directeur chez Blockswater.

Blockswater a déclaré que JP Morgan a échangé des dérivés de bitcoin pour leurs clients sur le marché Nasdaq Nordic basé à Stockholm avant et après les déclarations de Dimon, que Schweitzer a déclaré « frappe la manipulation du marché ».

Blockswater travaille avec des actifs basés sur blocs basés à Londres et en Autriche.

JP Morgan Chase a refusé de commenter.