Confidentialité

Le protocole Bitcoin utilise des adresses qui indiquent sur le registre public consultable par tous le montant en bitcoins associés. Toutes les transactions sur la chaîne de bloc sont également publiques et consultables de tous. L’identité des propriétaires des adresses bitcoin ne sont pas explicitement identifiés dans le registre public mais peuvent être retrouvés, par exemple, par le biais des plateformes d’échange qui enregistrent l’identité de leurs utilisateurs.

Les plateformes d’échange regroupent en général les possessions de leurs utilisateurs à une adresse unique et réattribuent par l’intermédiaire de leur logiciel de négociation une ligne créditrice en bitcoins à chacun de leurs utilisateurs. Ces derniers peuvent alors échanger leurs positions contre d’autres crypto-monnaies ou des devises. La plateforme sécurise ses dépôts en répartissant ses avoirs sur plusieurs adresses ou en les stockant « à froid » (cold storage) pour les empêcher d’être volés. Lorsqu’un utilisateur transfère ses dépôts de la plateforme à une autre adresse, la plateforme procède à un débit sur sa ligne créditrice et transfère le montant à échanger d’une de ses adresses vers l’adresse indiquée par l’utilisateur.

Pour éviter le piratage, des chercheurs de l’Université de Stanford et de l’Université Concordia ont montré que les plateformes d’échange de bitcoin peuvent prouver leur solvabilité sans révéler leurs adresses à l’aide de protocoles à zéro connaissance.

Il est également possible de conserver « à froid » (cold storage) les bitcoins sur un support numérique déconnecté du réseau empêchant les bitcoins d’être volés (cela peut être assimilé à de l’or qu’un utilisateur choisirait de conserver dans un coffre-fort).

Sans mesures de protection additionnelles, des chercheurs ont allégué que les paiements selon le protocole Bitcoin ne sont pas plus privés que les paiements par carte bancaire